Chapitre 1. Le dîner absolument horrible

Partie 1

 

Et maintenant, j’étais ici.

 

J’avais laissé Reina et les pompiers derrière moi et avais chargé dans les flammes, et maintenant, je me retrouvai seul dans cette forêt inconnue. Quand j’avais marché à travers la mer de flammes à l’époque, j’avais atteint la cuisine dans une situation périlleuse et ramassé le couteau Santoku.

 

L’instant d’après, le bâtiment fit un bruit intense et commença à s’effondrer … J’aurais dû être enterré avec le couteau Santoku et cuit sous le feu et la fumée.

 

Mais il n’y avait aucune brûlure sur moi, ou même aucune marque du tout.

 

Et j’avais le couteau qui aurait dû brûler jusqu’à être croustillant avec moi dans ma main.

 

「Ceci … doit être le monde après la mort. 」

 

J’essayai de me pincer les joues, et ça fit encore mal comme prévu.

 

Ce n’était que naturel, et même si c’était le monde après la mort, cela n’avait pas l’air d’un rêve ou d’une illusion.

 

Une brise chaude vint de l’herbe.

 

C’était chaud et humide.

Je sentais la sueur couler sur mes joues.

 

La sensation de douceur de la gaine en bois.

 

…… Ce n’était certainement pas un rêve ou une illusion.

 

「Je suis vraiment mort! 」

 

Je criai à nouveau et m‘étendis sur le sol.

 

Ça ne pouvait rien changer que je sois mort. Il était impossible de survivre après avoir plongé dans une mer de feu si intense.

 

Cependant … Je ne pouvais pas regarder sans rien faire à l’époque.

 

J’avais seulement fait quelque chose de si stupide parce que je ne voulais pas voir le regard désespéré de mon père.

 

En fin de compte, je ne pus pas protéger le couteau Santoku et j’avais même perdu la vie.

 

Il y a dix ans, sa femme était tombée malade. Maintenant, il avait perdu son restaurant et son fils. S’il perd aussi le couteau Santoku de 「Shop Sakaki」 – pour quoi alors papa vivrait-il ?

 

Avec le couteau Santoku gainé dans mes mains, je fermai les yeux et serrai les dents.

 

Si je ne faisais pas ça, je pense que j’éclaterais en larmes disgracieuses.

 

Reina était probablement en train de pleurer en ce moment …

 

Je ne pouvais pas voir mon ami d’enfance qui était comme une sœur pour moi, ou mon seul parent vivant, mon père à nouveau. Mon père avait tout perdu et tout m’avait été enlevé.

 

… Quel est le sens de ma vie ?

 

En y pensant, j’entendis des bruissements des arbres près de moi.

 

Après, c’était un éclat de ‘Purururu’ … C’était définitivement un grognement de bête sauvage.

 

Je restai sur le sol et bougeai lentement mon regard vers lui.

 

De l’ombre des arbres, il y avait une paire d’yeux cramoisis qui brûlaient.

 

‘Qu’est-ce que … un fantôme ou un démon va sortir ?’

 

Cela pourrait ressembler à un paradis tropical ici, mais peut-être que ce n’était pas le paradis, mais l’enfer ?

 

Je ne pus pas m’empêcher de penser que ces yeux avaient l’air hostiles.

 

Laissez-moi tranquille. Je ne me souviens pas avoir fait quelque chose de mal dans ma vie précédente.

 

Je me levai lentement, essayant de mon mieux de ne pas agiter cette chose.

 

Et puis … cette chose apparut lentement.

 

Uwah …

 

C’était un sanglier.

 

Ou quelque chose qui ressemblait à un sanglier.

 

Cette créature était un quadrupède qui ressemblait à un sanglier avec un corps géant pesant environ 90 kg.

 

Ses soies brunes, d’aspect noir, étaient aussi dures que des fils d’acier, et sa crinière s’étendait de la tête jusqu’à son dos comme une tête punk.

 

Il avait des membres courts, mais ils étaient très épais.

 

Deux défenses saillantes dépassent, flanquant son nez plat.

 

Les yeux perçants étaient de chaque côté de son visage.

 

Son gros corps rond était court et gros.

 

Plus je le regardais, plus il ressemblait à un sanglier.

 

Mais ce n’était pas un sanglier après tout.

 

Parce qu’il avait une paire de cornes d’ivoire qui dépassaient de son front, qui étaient aussi longues que les défenses de sa mâchoire.

 

 

「… Uwah! 」

 

J’aperçus un coup d’œil de ses pattes postérieures donnant des coups, et il chargea vers moi.

 

D’après ce que je savais, le sanglier pouvait atteindre des vitesses de 40 km / h, mais qu’en était-il de ce mec ?

 

Autant que je sache, les sangliers étaient omnivores, mais ils n’avaient pas l’habitude de manger des proies vivantes, qu’en était-il de ce type ? Je pensai pendant que je courais de toutes mes forces.

 

J’avais passé un bon moment à courir quand j’étais encore en vie, et j’avais encore besoin de courir après ma mort ?

 

Je suis mort, donc je n’avais pas besoin d’avoir peur. Mais être poignardé par les cornes tranchantes et la défense des bêtes serait probablement plus douloureux que mes joues étant pincées.

 

Et ainsi, je courus pour ma vie comme un poulet sans tête.

 

N’ayant pas le temps de regarder en arrière, je sautai par-dessus les arbustes et écartai les branches de l’arbre, je me faufilais dans les arbres et courais sans m’arrêter.

 

J’avais couru et couru – et une catastrophe frappa à nouveau.

 

「Uwahhhh! 」

 

Le sol s’enfonça rapidement.

 

C’était un piège.

 

Le monde commença à tourner et je sentis une douleur partout sur mon corps.

 

J’étais tombé dans les profondeurs du trou dans la confusion.

 

« Ça fait mal…. Merde, qu’est-ce qui fait mal, hur »

 

Mon corps s’étendait au fond du trou et je relevais la tête.

 

Le paysage de la forêt avait l’air d’avoir été coupé en une forme circulaire. Il semblait à environ 3 mètres de profondeur.

 

Si cela avait été creusé par des humains, c’était un travail impressionnant.

 

« Bon sang ! Cette blague va trop loin. Vraiment… »

 

Heureusement, ce sanglier n’était pas tombé dans le trou avec moi. Je gardai le couteau Santoku que je tenais fermement dans ma main droite dans ma chemise, et j’essayai de me lever.

 

A cet instant, je sentis une douleur brûlante à ma cheville droite.

 

Je semblai m’être foulé la cheville quand j’étais tombé.

 

J’avais été jeté dans les profondeurs de la forêt dans un état de confusion, avait rencontré une créature inconnue qui m’avais poursuivi. À la fin, j’étais tombé dans un trou et m’étais foulé la jambe.

 

C’était la pire connerie. La situation était si mauvaise que je ne pouvais pas m’empêcher de rire.

 

「Non, ce n’est pas le moment de rire! 」

 

Comme ce n’était pas le moment de rire, j’essayai de me mettre en colère.

 

「Bon sang! Je ne sais pas si tu es un dieu ou le diable, mais qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Mes péchés sont-ils vraiment si graves ? La façon dont je suis mort ne vaut peut-être pas la peine d’être vantée, mais je ne me souviens pas d’avoir fait quoi que ce soit qui mérite une telle punition ! Si vous avez un problème avec moi, alors bannissez-moi dans un enfer encore plus dur ! 」

 

「… Tu es un homme très bruyant. 」

 

Je fus surpris, comme si quelqu’un m’avait frappé à l’arrière de la tête avec une batte de base-ball en métal.

 

Dans le ciel circulaire au-dessus de ma tête, une silhouette sombre apparut.

 

‘Pourquoi es-tu si bruyant dans un endroit comme ça ? ‘

 

L’autre interlocuteur parlait avec un accent d’homme, mais il ressemblait à une jeune femme.

 

Sa voix était un peu profonde et enrouée. Son ton pouvait être froid, mais cela me semblait bien.

 

La lumière clairsemée du soleil à travers les branches l’illuminait par derrière, ce qui rendait difficile la perception de son visage.

 

Donc les humains existent aussi dans ce monde. Je me sentis soulagé et je décidai de répondre d’abord :

「Comme tu peux le voir, je suis tombé dans un trou. Je ne sais pas qui a creusé ce trou ou pourquoi ils l’ont fait, mais cette farce est allée trop loin. 」

 

Après un moment de silence, la fille dit avec un ton encore plus froid :

 

「… Ce piège est fixé par moi. 」

 

「Eh? 」

 

「Je ne peux pas remplir mon estomac même si j’attrape un humain. Ceci est destiné à piéger les bêtes Kiba. Tu sais combien d’efforts j’y ai mis pour creuser ce trou ? 」

 

「Eh? Non, c’est … ma faute ? Devrais-je m’excuser auprès de vous ? 」

 

「……」

 

「Hmm, mais je suis vraiment désolé de tout chambouler. Je vais m’excuser auprès de vous, alors pourriez-vous m’aider à sortir de ce trou ?

 

「 C’est juste profond, tu devrais pouvoir sortir toi-même. 」

 

Cette personne semblait partir, alors je pressai :

 

「Non, je me suis vraiment foulé la cheville quand je suis tombé! Ce n’est pas si grave, mais je ne peux pas m’en sortir seul. Désolé de vous déranger, mais pouvez-vous me donner un coup de main ? 」

 

「… On s’en fout. Meurt juste de faim ici. 」

 

Cette personne disparut.

 

「Attendez! C’est trop cruel ! Hey, sauve-moi ! 」

 

Elle ne répondit pas.

 

Avait-elle vraiment l’intention de me laisser mourir ?

 

« Hey ! S’il vous plaît ! Je vais vraiment mourir de faim ici ! Si vous avez encore un peu de conscience, alors revenez ! 」

 

「… Tu es un homme très bruyant. 」

 

Je ne pouvais pas la voir, mais j’avais vraiment entendu la voix de cette fille.

 

Après cela, quelque chose d’étrange tomba.

 

C’était la vigne qui poussait partout dans la forêt.

 

Cinq d’entre elles étaient groupés ensemble. Je tirai dessus, et sentis vraiment qu’il était sécurisé.

 

「Vite … Dépêche-toi et grimpe. 」

 

Euh, alors elle prévoyait de me sauver dès le début.

 

Quelle fille effrontée. En termes modernes, elle était une « Tsundere ».

 

Quoi qu’il en soit, je ressentis sa compassion, et compte tenu de la situation étrange dans laquelle j’étais, ses actions m’avaient rendu encore plus reconnaissant. Je devrais donner mes sincères remerciements une fois que j’aurai grimpé. Pensais-je en marchant sur le mur.

 

Mon entorse à la cheville faisait encore mal, mais ce n’était pas insupportable. Bien que la terre en ruine rende l’escalade difficile, je grimpais quand même de toutes mes forces.

 

Mais … cette situation était vraiment confuse.

 

Si c’était l’enfer, pourquoi un sauveur apparaîtrait-il alors que j’étais à ma perte ? C’était étrange.

 

Ce que j’avais ressenti à travers mes sens était aussi très réaliste, comme quand j’étais vivant. Je ne pouvais pas dire que 「j’étais vraiment mort. 」

 

Peu importe, les choses se régleraient à la fin. Avec la dernière once de ma force, j’atteignis finalement la surface.

 

J’échappai au trou en toute sécurité.

 

La tombée de la nuit était probablement imminente, et les environs devenaient sombres.

 

「Ça fait mal … Merci. D’avoir sauvé ma vie. 」

 

Je m’effondrai sur l’herbe et je baissai la tête face à la sauveuse qui m’avait sauvé.

 

Cette fille se tenait à l’écart, croisant les bras en m’attendant. Elle pointa ensuite doucement la chose dans sa main vers mon nez.

 

C’était un sabre, avec une lueur dans sa lame d’argent.

 

Partie 2

 

「Alors, qui es-tu exactement? 」

 

Le sabre scintillant s’arrêta juste devant le bout de mon nez.

 

Ce sabre n’était pas une blague, 80cm de long et 10cm de large. Il était robuste, comme s’il avait été modifié à partir d’une hachette. Même ainsi, la lame avait été meulée à un tranchant rasoir. Avec ce sabre, elle pourrait probablement percer les os et les nerfs de sa proie.

 

Ce n’était pas le moment d’être impressionné.

 

「W-Quel est le problème? Me saluer soudainement comme ça, est dangereux ! Je vous ai déjà dit que je m’excuserais d’avoir gâché votre piège ! 」

 

「Tais-toi. Dépêche-toi de répondre à ma question. 」

 

La fille était calme et sereine … Mais son attitude cool me faisait peur.

 

Je soupirai et alternai mon regard entre le visage de la jeune fille et la lame du sabre.

 

「Je veux d’abord vous demander, où est cet endroit? Cela ne ressemble pas au monde après la mort … 」

 

「C’est le pied du Mont Morga, appelé Bord de la forêt. 」

<TL : モ ル ガ>

 

「… Le mont Morga? 」

 

「C’est au Royaume de l’est, Selva, territoire du duc Genos … D’où viens-tu?

 

J’étais complètement perdu.

 

Mais je ne pouvais pas répondre honnêtement.

 

「Je viens d’un pays nommé Japon. Préfecture de Chiba au Japon. Connaissez-vous ? 」

 

「Japon … préfecture de Chiba …? 」

 

Elle n’avait jamais entendu parler de ça auparavant. Comment aurait-elle pu ?

 

Ce monde n’avait rien de commun avec le « Japon » de toutes sortes de façons.

 

Dans le monde où je vivais, les sangliers n’avaient pas de cornes et les filles ne se promenaient pas avec d’énormes lames. De plus, les regards de cette fille – je n’avais jamais vu quelqu’un qui ressemblait à ça.

 

Son teint était sombre, aussi brun que le chocolat noir.

 

Mais ses cheveux étaient blonds foncés.

 

Et ses yeux étaient d’un bleu profond.

 

Les cheveux blonds brunâtres de cette fille étaient très longs et étaient attachés avec des bretelles dans un motif étrange. Dans la faible lumière, ses yeux bleus semblaient forts et tranchants.

 

Ses traits faciaux étaient bien proportionnés.

 

Les coins de ses yeux étaient légèrement relevés, comme ceux d’un chat. Elle avait un nez fin et de petites lèvres roses – les lignes autour de ses joues étaient plates, ce qui la rendait jeune. Elle devrait avoir à peu près mon âge.

 

Son look était vraiment exceptionnel.

 

Je n’hésiterais pas à l’appeler incroyablement belle.

 

Personnellement, je pense que sa peau brune assortie à ses lèvres roses avait l’air vraiment sexy.

 

Mais qu’était-ce cette tenue ?

 

Une épaisse cape de fourrure drapait ses épaules – un drap avec de beaux motifs étaient enroulés autour de sa poitrine et de sa taille.

 

Les motifs intrinsèques de ces deux pièces ne semblaient pas du tout bon marché, mais sa tenue était un peu trop sexy.

 

En dehors de ses vêtements, elle avait un collier rempli de cornes de bête ou de défenses. Elle avait des bracelets de noix sur son poignet, et un couteau gainé sur sa taille galbée. C’étaient tout ce qu’elle portait, et le reste de sa peau brune et lisse était mis à nu. Il y avait des choses semblables à des sangles sur ses pieds, qui devraient être des chaussures.

 

Même si cette fascinante fille légèrement vêtue se tenait devant moi, mes seules pensées étaient 「Elle est vraiment effrayante」.

 

Bien que ses traits faciaux étaient mignons, son expression était féroce.

 

Un feu brûlait dans ses yeux, et juste comme un vrai chat, ses lèvres mignonnes étaient serrées étroitement ensemble.

 

Elle était grande pour une fille et semblait plutôt mince.

 

Mais elle ne se paraissait pas faible du tout.

 

La fille montrait ses bras, ses jambes, ses épaules et son abdomen, et ils étaient aussi serrés qu’un fouet, sans un seul morceau de graisse. Il y avait aussi beaucoup de cicatrices blanches sur sa peau, ce qui reflétait la dureté de sa vie.

 

Elle était remplie de force puissante, ou devrais-je dire force vitale primale. Les hommes modernes étaient devenus esclaves de la technologie et ne manifesteraient jamais un tel pouvoir.

 

Toutefois–

 

Quelle était cette odeur ?

 

Mon cœur était rempli de questions quand je m’étais retrouvé face à cette fille extraordinaire.

 

C’était un parfum compliqué.

 

Une odeur douce et amère, semblable à des fruits complètement mûrs.

 

En même temps, il y avait une sensation mystérieuse, comme des fleurs en herbe au bord de la floraison.

 

Le parfum était rafraîchissant et apaisant, tout comme les herbes.

 

Mais il avait une nature violente, comme une épice forte.

 

Il sentait aussi la viande et l’huile des animaux, un parfum sanglant.

 

Ces odeurs se mélangeaient dans une matière compliquée, stimulant mon nez.

 

Je ne voulais pas me vanter, mais depuis que j’étais jeune, mon père m’avait fait apprenti dans la cuisine, donc mon sens de l’odorat était plus vif que d’autres. Plus important encore, cette odeur me donnait faim … Pendant que je pensais à tout cela, mon corps sembla savoir ce que je pensais, et mon estomac grogna.

 

La lame soulevée de la fille vacilla un peu.

 

「Qu’est-ce que tu planifie? 」

 

「Je ne suis pas du tout en train de planifier … J’ai juste faim. 」

 

Mon estomac grogna encore une fois.

 

La fille leva son beau front et montra un visage féroce.

 

「Hey, arrête de plaisanter. Es-tu en train de te moquer de moi ? »

 

« Je ne plaisante pas. C’est une réaction corporelle normale, je ne peux pas m’en empêcher. Parce que tu as un délicieux parfum, alors mon estomac réagit.

 

« Que veux-tu dire ? Je n’ai pas de nourriture sur moi. A cause de toi, je n’ai rien pu obtenir aujourd’hui. 」

 

「Eh bien, je m’excuserai d’avoir gaspiller tes efforts …」

 

Mon estomac s’emballa à nouveau「Growl」, interrompant la fin de ma phrase.

 

Mon estomac faisait trop de bruit.

 

Soupir, c’était mauvais. La fille fronça les sourcils et ses épaules commencèrent à trembler.

 

Devais-je affronter la mort à nouveau pour une raison si stupide ?

 

「De toute façon, je n’ai pas l’intention de créer des problèmes sur votre territoire. Je suis resté dans cet endroit sans aucune idée de ce qui se passe. Je suis confus aussi. Si vous ne l’aimez pas, je peux partir tout de suite … 「「 Growl ! 」

 

C’était vraiment mauvais.

 

Même si mes excuses étaient sincères, mon estomac ne cessait de m’interrompre.

 

Comme je pensais tout cela … la fille tourna brusquement la tête.

 

Sa main droite me menaçait encore de son sabre, mais elle couvrait sa bouche de sa main gauche.

 

Ses épaules tremblaient plus fort.

 

「… Quelle est la question? 「 「Growl? 」

 

Sa lame tomba sur le sol.

 

Le visage de la fille était rouge.

 

« Hey ? Vous vous sentez mal ? 」「 Growl? Grondement growl? 」

 

「Pfft」, la fille fit un bruit étrange.

 

Elle me regardait à travers les larmes dans ses yeux.

 

「Assez … Arrête ça …」

 

Même sa voix devenait faible.

 

Cela m’inquiétait encore plus.

 

「Même si tu me demandes d’arrêter …「 「Growl. Grognement grognant grondant … 」

 

La fille s’assit par terre avec sa main toujours sur la poignée du sabre.

 

Elle commença alors à rire à haute voix, 「Bwahahaha ! 」

 

Ara, son visage souriant avait l’air si mignon.

 

Alors elle essayait juste de retenir son rire maintenant.

 

Après avoir ri pendant un moment, elle essuya ses larmes et se leva. Elle pointa son sabre sur moi et cracha ces mots :

 

« … Je te tuerai. »

 

« Pourquoi ?! »

 

J’étais toujours assis par terre, et reculai dans une panique.

 

Mais l’entrée du trou dont je m’étais échappé plus tôt attendait toujours derrière moi.

 

La lame d’acier se rapprocha de mon nez.

 

「C’est le moment le plus honteux de ma vie … Je vais certainement te tuer. 」

 

Même dans la nuit, je pouvais voir que son visage était rouge comme une betterave.

 

Était-ce son sentiment de honte ? Ou le summum du tsundere ? Cela ne pouvait pas être ça !

 

Peu importe quoi, je ne pouvais pas mourir ici.

 

Quand ma main toucha le bord du trou, je levai les deux mains en signe de reddition.

 

「Si mon estomac odieux blesse votre fierté, je m’excuse! Tout est la faute de mon estomac étant vide ! En parlant de ça, je n’ai pas mangé depuis midi ! 」

 

「……」

 

« Je suis vraiment confus ! Je ne sais pas où je suis, et pourquoi je suis là, tout cela me rend confus ! Je suis complètement confus, si tu me tues, alors pourquoi diable ai-je … 」

 

Pourquoi avais-je sauté dans la mer de flammes au prix de ma vie ?

 

Quand je réfléchis à ça, ma gorge se serra et les mots ne sortirent pas.

 

J’étais perdu et ne pouvais que regarder en arrière vers la fille.

 

Il y avait une sorte de lueur dans les yeux bleus de la fille, comme si elle regardait une créature insondable.

 

「… Je ne comprends pas ce que tu dis non plus. 」

 

Elle baissa un peu sa lame.

 

「N’es-tu pas un citoyen de Rock City? 」

 

« Rock City ? Comme je l’ai dit, ma maison est un pays nommé Japon. »

 

「… Je n’ai jamais entendu parler d’un pays de ce nom. Donc, tu n’es pas un citoyen sous le règne de Genos hein. 」

 

La fille baissa finalement sa lame après avoir dit cela.

 

Mais le doute et la suspicion persistaient dans ses yeux.

 

Cependant … Je sentis une émotion hésitante compliquée qui semblait être cachée derrière ses yeux féroces.

 

« … Dis m’en plus. »

 

La fille dit doucement.

 

「Rentrons chez moi. Si tu ne veux pas venir, je te laisserai ici. 」

 

「… Tu es prêt à amener un homme d’origine inconnue comme moi dans ta maison? 」

 

« La nuit tombe. Je n’ai pas le temps de répondre à ta question ici … Permets-moi de te dire d’abord, si tu ne prépares pas un feu à l’avance, tu perdras ta vie si tu restes dans la forêt. »

 

La fille prit la gaine de cuir qu’elle avait laissé tomber à ses pieds et rangea son sabre. Je regardai la silhouette majestueuse de la fille, puis je me redressai avec mes mains et je me relevai.

 

「Je comprends, je vais faire comme tu dis … Au fait, je ne me suis pas présenté. Je suis Tsurumi Asuta. 」

 

「Suroomi … Yazuka? 」

 

「Non, Tsurumi Asuta. 」

 

「Choorumi Yasuka ……」

 

Elle était trop mignonne.

 

Parce qu’elle disait cela avec un visage sérieux, elle avait l’air encore plus mignonne.

 

「Hmm. Si c’est difficile à prononcer, juste Asuta suffira. Quel est ton nom ? »

 

「…… Ai Fa. 」

 

Elle laissa son nom et me tourna le dos.

 

Elle avait un corps mince, mais elle était plus petite que moi. Environ 167-168 cm.

 

Elle était de taille moyenne, mince et svelte, alors comment avait-elle pu soulever ce sabre effrayant d’une seule main ? Peut-être qu’elle avait une densité musculaire ou osseuse différente et que la structure de son corps était différente de toutes les personnes que je connaissais.

 

Pendant que je pensais tranquillement à tout cela, la fille me regarda de travers.

 

« Qu’est-ce que tu fais ? Ne t’es-tu pas fait mal aux pieds ? Tiens-toi sur mon épaule. 」

 

「Huh, est-ce acceptable? 」

 

「Le temps est précieux, dépêche-toi. 」

 

J’étais un peu hésitant, mais je mis quand même mon bras droit sur l’épaule droite d’Ai Fa.

 

La seconde suivante, elle me donna un coup de coude.

「Je ne t’ai pas dit de mettre ton bras autour de moi. Je viens de te dire d’attraper mon épaule. 」

 

「Uwah … Je vois. 」

 

Je tapotai doucement ma poitrine en attrapant l’épaule gauche d’Ai Fa avec ma main droite.

 

Je n’avais pas si mal que ça, alors c’était suffisant pour m’aider à marcher.

 

La fille portait une cape de fourrure épaisse de toute façon, alors je ne pouvais sentir que la sensation rugueuse de sa cape.

 

「… Tu caches un couteau près de ta poitrine? 」

 

「Eh? 」

 

Je m’arrêtai de surprise.

 

Quand j’avais mis mon bras autour d’elle, ma poitrine lui avait légèrement effleuré le dos. Elle pouvait sentir cela même à travers un morceau de peau si épais ?

 

Comparé à son coude sur ma poitrine, cette réaction était beaucoup plus effrayante.

 

「Tu as remarqué dans ce court laps de temps? Je n’ai pas l’intention de te nuire, alors ne t’inquiètes pas. 」

 

「Pourquoi dois-je m’inquiéter? Si tu veux m’attaquer, tu peux essayer. 」

 

Ai Fa me regarda et dit avec un regard glacial :

 

「Mais si tu essayes ça, je vais couper ta trachée devant toi. Si tu penses que je bluffe, tu es libre d’essayer … Asuta. 」

 

Partie 3

 

Et par conséquent, Ai Fa et moi avions avancé à travers la forêt dans la soirée.

 

Il faisait presque nuit et les environs étaient sombres.

 

「Tout ça parce que tu as perdu beaucoup de mon temps. Nous devons quitter la zone d’activité des bêtes Kiba rapidement. 」

 

Ma main était sur l’épaule gauche d’Ai Fa alors que je prenais soin de ne pas entamer mon entorse à la cheville droite et de la faire avancer légèrement, je demandai : 「bête Kiba ? 」

 

「Tu construis ce piège afin d’attraper ces choses? Parles-tu de ce sanglier ? 」

 

« … Sanglier ? »

 

« Oui. Peau foncée, rond et corpulent avec des cornes … 」

 

「C’est une bête Kiba, tu en as vu un? 」

 

「J’en ai vu un, ou plutôt, il me poursuivait. C’est pourquoi je suis tombé dans ce piège. 」

 

「Comme c’est risible. Quand une bête Kiba t’attaque, tu dois grimper de grands arbres. C’est l’évidence. 」

 

「Comme je l’ai dit, je ne connais une telle évidence. 」

 

Je dis cela en regardant l’épaule que je tenais.

 

「Je peux demander, est-ce que cette cape de fourrure est faite à partir de la peau d’une bête Kiba? 」

 

« Bien sûr. Je suis une habitante du Bord de la forêt. Les gens du Bord de la forêt chassent régulièrement les bêtes Kiba, mangent leur viande et gagnent leur vie en vendant leurs cornes, défenses et peaux. »

 

Ai Fa écarta soigneusement les haussements d’épaules et me lança un regard noir.

 

「… Et ces citoyens de Rock City, se moquent de nous, le peuple du Bord de la forêt en tant que » mangeur de Kiba “. 」

 

「Hmm? Mais pourquoi ? Les sangliers sont délicieux. 」

 

Je n’essayais pas de me vanter, mais pendant les vacances d’hiver, pendant ma deuxième année au collège, j’avais participé à une expérience de vie à la ferme organisée par des amateurs de chasse, et des sangliers et des cerfs avaient été abattus là-bas. Le ragoût de sanglier que j’avais mangé à l’époque était absolument délicieux.

 

「… Ce n’est pas un« sanglier », c’est une bête Kiba. La viande de bête de Kiba est dure et malodorante. Ils disent que les gens du Bord de la forêt qui mangent la bête Kiba ont la même puanteur. 」

 

「Tu n’es pas malodorante, ton odeur est très attirante. 」

 

Les yeux d’Ai Fa semblaient encore plus mécontent.

 

Eh bien, les filles de cet âge étaient difficiles à gérer.

 

Pour la réputation d’Ai Fa, je devais préciser qu’elle ne sentait pas seulement la viande et l’huile. Son parfum était principalement celui de fruits doux amers et d’herbes rafraîchissantes, qui complétaient parfaitement le parfum de la viande, et stimulaient la partie de mon cerveau qui contrôlait ma faim.

 

「Mais sérieusement, mon sens de l’odorat est très vif. La bête Kiba doit être délicieuse. 」

 

「… Il n’y a aucune distinction de la nourriture étant délicieuse ou pas. 」

 

Ara, c’était grossier. Je pouvais encore être apprenti, mais j’étais toujours un chef. Ces mots étaient-ils un défi contre moi ?

 

Mais dans cette situation, il serait inutile de prêcher sur ma vision du monde. Alors je gardai ma bouche fermée et me concentrai à marcher tranquillement.

 

Nous marchâmes dans la forêt comme ça pendant environ 15 minutes … Soudain, mon champ de vision s’élargit.

 

Nous étions sortis de la forêt.

 

Le soleil était sur le point de se coucher.

 

La lumière orange éclairait le village dans la vallée.

 

Ah … Donc des gens vivaient vraiment dans ce monde.

 

J’étais dépassé.

 

L’environnement était sombre, donc je ne pouvais pas voir très clairement, mais cette clairière caillouteuse était faite en défrichant la forêt, et les maisons en bois étaient éparpillées à travers l’endroit. Une lumière rouge pouvait être vue à l’intérieur de ces logements, et la fumée blanche de la cuisson d’un dîner montait dans le ciel.

 

‘…ça ne sent pas bon ?’

 

Le parfum de la protéine de la viande et des épices se mélangèrent dans l’air.

 

Afin de ne pas agiter Ai Fa, je fis de mon mieux pour supprimer le grognement de mon estomac.

 

「On se sent bien en dehors de la forêt. Environ combien de personnes vivent ici ? 」

 

「Comment pourrais-je savoir … Probablement moins de cinq cents. 」

 

« Cinq cents ? C’est une tribu énorme. Je ne pouvais pas dire qu’il y a tellement de familles. 」

 

The … L’endroit où vivent les gens du Bord de la forêt était une bande de terre qui s’étendait du nord au sud, entre le territoire du mont Morga et celui de Genos. Il faudrait au moins une demi-journée pour aller d’un bout de la forêt à l’autre.

 

Je vois, comme la terre était étroite, il y aurait une assez grande distance entre chaque maison. C’était plus confortable de vivre avec moins de gens, mais je pense que la façon dont les maisons s’étaient répandues ne cadrait pas vraiment avec le terme « établissement ». J’essayai de demander plus d’informations, mais un invité inattendu apparut.

 

「Yo, Ai Fa. D’où vient ce faiblard ? 」

 

Une voix masculine intervint soudainement.

 

Cela me surprit, mais Ai Fa claqua juste sa langue doucement.

 

「Nul part … Ce ne sont pas tes affaires, Diga Tsun. 」

 

「Bien sûr que c’est mon affaire. La maison Tsun est le règlement de tout le monde au bord de la forêt. 」

 

Une grande silhouette s’approcha rapidement.

 

C’était un jeune homme qui était habillé de la même manière qu’Ai Fa.

 

Il était grand et bien battit. Je m’excuse, mais je ne pouvais utiliser les mesures de mon monde pour le décrire, et il était d’environ 180 cm. Son corps et ses muscles étaient minces et pesaient environ 80 kg.

 

Ses cheveux bruns foncés étaient coupés très courts, avec une peau brun clair et une paire d’yeux bleus. Mis à part la couleur des cheveux, il était similaire à Ai Fa.

 

Il avait une cape de fourrure sur son énorme corps et son tissu, et un grand sabre ainsi qu’un couteau sur sa taille. Un grand nombre de défenses de bête et de cornes pendaient à son cou, beaucoup plus qu’Ai Fa.

 

Il bloqua notre chemin, nous empêchant d’avancer et m’observa sans réserve.

 

「Hmmp, tes vêtements sont vraiment bizarres. Où habite-tu ? »

 

Sa voix était rude, mais il parlait lentement. L’écouter me mettait mal à l’aise.

 

Bien que la couleur de ses yeux fût similaire à Ai Fa, ses yeux semblaient troubles.

 

Il était le deuxième humain que je rencontrai dans ce monde différent, mais je ne sentais aucune bonne volonté de lui.

 

Autant que je m’en souvienne, j’avais aidé mon entreprise familiale. Si un punk comme ça pouvait bruisser mes ‘jimmies’, cela signifiait que je n’avais pas ce qu’il fallait pour être le fils d’un homme d’affaires. Dans cet esprit, je voulais être aussi amical que possible …

 

「Ce ne sont pas tes affaires」 dit Ai Fa avant que je puisse répondre.

 

「Permettez-moi de vous dire, Diga Tsun, je ne dois rien à la maison Tsun. Pas seulement cela, vous continuez à chercher des ennuis avec moi. Je ne veux pas vous parler du tout. Prenez votre corps inutile avec vous et disparaissez de ma vue. 」

 

« Qu’est-ce que tu as dit… »

 

Bien que le visage de cet homme se soit raidi, Ai Fa continua :

 

「Diga Tsun, si vous avez un problème avec moi, nous pouvons avoir un duel à tout moment. Si vous ne le voulez pas, ne vous montrez plus devant moi. Vous êtes une horreur. 」

 

Ai Fa s’éloigna vivement après avoir dit son sermon.

 

Comme je devais me tenir à son épaule, je dus la suivre avec un jogging. Ce jeune homme tremblait de colère, et quand je passais près de lui, je hochai toujours la tête en signe de salut.

 

「Petit imbécile! Tu ferais mieux de surveiller ton dos, je pourrai te prendre pour une bête Kiba et prendre ta tête ! 」

 

La voix de l’homme qui avait perdu son sang-froid résonnait dans tout le pied de la montagne.

 

Son cri gâcha complètement le paysage poétique.

 

« Puis-je vous poser une question ? Un étranger comme moi ne devrait pas demander cela, mais ne devriez-vous pas avoir des relations cordiales avec vos voisins ? »

 

「… La nuit où mon père est décédé, cet homme, Diga Tsun, m’a tendu une embuscade dans ma chambre et a essayé de me violer. Donc après l’avoir battu, je l’ai jeté dans la rivière. 」

 

「……」

 

「Parce qu’il sera le prochain chef tribal, tout le monde pense que j’étais celle qui lui a fait honte. Personne dans la tribu n’est prêt à avoir quelque chose à voir avec moi … tu veux que j’entretienne des relations cordiales avec une telle personne ? 」

 

« Je retire ce que j’ai dit. Je n’aurais pas dû lui faire un signe de la tête. Devrais-je lui donner un coup de poing ? »

 

Après avoir dit ça, je relâchai mon emprise sur l’épaule d’Ai Fa et je m’arrêtai. L’instant suivant, Ai Fa saisit mon poignet droit fermement.

 

Ses doigts minces mais puissants attrapèrent ma main.

 

「Quelle idiotie dis-tu? Un tel homme ne vaut pas ton temps. 」

 

「Mais tu as été accusée à cause de lui, non? C’est trop injuste. 」

 

「Je ne vis pas dans la honte. Je n’aime pas interagir avec des gens en dehors de ma famille, donc c’est plus relaxant. 」

 

Elle me regardait avec colère, ses yeux bleus avaient la forte lumière de la justice en eux.

 

「Cependant, Puisque je t’ai amené à la tribu, j’aurais besoin de prendre la responsabilité si tu blesse quelqu’un de la maison Tsun. Je pourrais être exilé par le règlement à cause de ça … Tu veux que je vive dans la nature ? 」

 

「Ah … C’est vrai. Je suis désolé, je n’ai pas considéré ta position. J’ai probablement faim, c’est pourquoi je me suis fâché si facilement」.

 

Après avoir dit cela, mon estomac semblait être d’accord avec moi et fit des « grognements ».

 

Ai Fa me saisit encore la main, et ses épaules se remirent à trembler.

 

「… Tu fais ça exprès? Tu veux que je te jette dans la rivière aussi ? 」

 

「Je-je ne suis pas assez bon pour faire grincer mon estomac sur commande. Au fait, si tu veux rire, rigole. 」

 

« Tais-toi ! »

 

Ai Fa lâcha ma main et partit à grandes enjambées.

Je lui attrapai l’épaule gauche très vite.

 

Je regardai ses oreilles et sa nuque qui était complètement rouge, et je pensai à quelque chose d’insignifiant – 「Les humains dans ce monde sont pareils, leur corps reflète leur sentiment」.

 

Partie 4

 

Après avoir marché pendant encore 10 minutes, nous arrivâmes à la résidence d’Ai Fa.

 

Comme les autres logements, Ai Fa avait une maison en bois construite sur un terrain plat avec quelques arbustes autour.

 

D’après ce que j’avais observé sur le chemin ici, toutes les maisons étaient assez éloignées. Mais la maison d’Ai Fa était exceptionnellement isolée. C’était si calme que c’était inconfortable.

 

Cependant, de la tenue sauvage d’Ai Fa et les mots « Habitants du Bord de la forêt », je pensais que sa résidence serait plus primitive. En y regardant de plus près, le style de la maison était étonnamment agréable.

 

「Oh, ta maison n’est pas trop mal. 」

 

Ce n’était pas aussi à la mode qu’une cabane dans un lieu de villégiature, mais cette maison était construite délicatement avec des planches et des rondins, et était spacieuse et fraîche. L’espace seul pouvait correspondre à celui de 「Restaurant Tsurumi」.

 

Comme le ciel s’était assombri, je ne pouvais pas l’observer trop clairement. Quoi qu’il en soit, la particularité de cette maison était son toit qui s’inclinait légèrement de gauche à droite. Elle semblait être faite de bois, sans utiliser de clous ou de vis.

 

Un fossé d’environ 50 cm de large et de profondeur avait été creusé autour du bâtiment, avec une bûche qui le reliait directement à l’entrée. Avait-il été utilisé pour empêcher les animaux sauvages d’entrer ? Ou drainage de la pluie ? Je commençai à réfléchir.

 

« … Qu’est-ce que tu fais ? Dépêche-toi. 」

 

「C’est vrai, désolé désolé. 」

 

La porte à l’entrée était une porte coulissante horizontale qui semblait vraiment japonais.

 

Je suivis derrière la maîtresse de la maison et entrai timidement.

 

「Désolé pour l’intrusion …」

 

Il faisait plus sombre à l’intérieur de la maison.

 

Cependant, je pouvais encore dire que c’était vraiment spacieux.

 

Le sol était recouvert de fourrure brune. Ai Fa enleva ses pantoufles de cuir à l’entrée, et j’imitai ses actions.

 

Je ne savais pas quoi faire de mes chaussettes, mais je pensais que cela n’aurait pas d’importance même si je ne les portais pas, alors je les enlevai.

 

Je marchai pieds nus sur la fourrure rugueuse, et ça me démangeait un peu.

 

Un bruit sourd vint derrière moi.

 

Ai Fa avait barricadé la porte de l’entrée avec un gros morceau de bois.

 

Personne ne me sauverait, peu importe combien je crierai maintenant.

 

Je priai dans mon cœur que ce ne soit pas nécessaire de faire cela, et je sondai de nouveau la pièce.

 

La pièce était rectangulaire, environ 12 tatami. Les murs à gauche et à droite avaient de grandes fenêtres. Et bien sûr, les fenêtres n’avaient pas de verre, mais il y avait de minces barres de bois verticales à environ 20 cm de distance, qui servaient de grille de fenêtre.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Tatami

 

L’intérieur de la maison était séparé par un mur et je pouvais voir trois portes.

 

Le plafond était haut et les poutres de soutien étaient visibles. Comme ce que j’avais vu dehors, le toit était légèrement incliné vers la droite. Je n’étais pas sûr, mais cette conception était probablement destinée à bloquer la pluie.

 

Cependant … Pour être honnête, au lieu de l’information visuelle, j’étais plus intéressé par ce que mon nez me disait.

 

Du parfum compliqué sur cette fille, il y en avait trois qui s’attardaient fortement dans la maison.

Ils étaient l’odeur de la viande, des épices et des herbes.

 

「… Est-ce que ta jambe te fait encore mal? 」

 

「Eh? Ce n’est pas grave. Elle fait un peu mal, mais il n’y a pas de gonflement. Même si ce n’est pas soigné, ça devrait guérir demain. 」

 

« … Je vois. »

 

Ai Fa se dirigea vers le milieu de la pièce et sembla penser.

「Je veux te demander des choses, mais j’ai aussi faim. Je vais préparer le dîner. 」

 

「S’il vous plaît allez-y … Euh, je n’ai aucun moyen de vous rembourser, mais puis-je dîner avec vous? 」

 

「… Si ton estomac continue de gronder, comment puis-je te demander quoi que ce soit? 」

 

Elle n’avait pas besoin de dire ça à travers ses dents serrées.

 

Mais comme elle m’invitait à un repas sans rien demander en retour, j’étais très reconnaissante. Avec le parfum dans la maison, je pourrais m’évanouir si elle m’interdisait de manger.

 

Donc, la préparation du dîner commença. Au moment où j’entrai dans la maison, je vis immédiatement l’espace qui servait de cuisine, qui était la zone proche de la fenêtre à droite.

 

C’était un carré d’environ 2m dans chaque direction. C’était le seul endroit qui n’avait pas de tapis de fourrure et avait des pierres blanches couvrant le sol. Et les pierres jaunes formaient une base trapézoïdale juste là-bas.

 

La base atteignait la hauteur de ma taille, et il y avait un trou noir vide juste sur son front. Et au-dessus de cette base était – Un pot de métal noir brillant.

 

Son design pourrait être simple, mais cette base était définitivement une « poêle ».

 

https://en.wikipedia.org/wiki/Kamado

 

À côté de la poêle, il y avait des paquets de bois, qui étaient probablement du bois de chauffage.

 

Donc, cette maison avait une cuisine intégrée.

 

Tout le monde cuisinait ensemble et mangeait ensemble. Cela pourrait être leur coutume.

 

Cependant – Dans cette maison spacieuse, il y avait juste moi et Ai Fa.

 

「Au fait, votre famille est-elle partie? 」

 

「… Je t’ai déjà dit que mon père est mort. Ma mère, d’un autre côté, est morte depuis longtemps. 」

 

Il y avait un pot à eau à côté du poêle. Ai Fa ramassa une longue louche pour ramasser l’eau et la versa dans le pot tout en parlant.

 

Je ne connaissais toujours pas le bon sens et le raisonnement de ce monde, et ne pouvais que répondre «je vois ».

 

Pendant que nous parlions, Ai Fa alluma feu de la poêle.

 

Comment avait-elle fait ça ? J’aurais dû regarder ses actions plus attentivement.

 

De toute façon, la pièce devint progressivement plus lumineuse.

 

「… Pourquoi es-tu là? C’est une horreur, dépêche-toi et assieds-toi. 」

 

「Oh, bien, où devrais-je m’asseoir? Je suis désolé, mais je ne comprends pas du tout la culture et la coutume de ce pays. 」

 

Ali Fa se leva et me regarda avec surprise.

 

「C’est juste s’assoir, qu’est-ce que ça a à voir avec la culture? Tu es un homme étrange. 」

 

J’avais remarqué une petite lumière entre ses mains, ce qui m’intrigua.

 

C’était un petit support de mèche en forme de plaque avec une poignée.

 

Après le sabre et le pot, ce petit support de mèche était le troisième métal que je vis dans ce monde.

 

Le carburant qui brûlait à l’intérieur devait être de l’huile animale.  Une odeur qui stimulait mon appétit commença à dériver dans la pièce.

 

Ai Fa traversa la pièce. Après avoir placé les mèches sur les fenêtres gauche et droite respectivement, elle enleva lentement la cape de fourrure qu’elle portait.

 

La ligne de corps d’Ai Fa fut éclairée par les nouvelles sources lumineuses dans la pièce – je sentis mon cœur battre.

 

Après tout, elle portait juste les vêtements couvrant sa poitrine et sa taille en ce moment. Mis à part son collier, sa peau exposée était au niveau de porter un maillot de bain ou une lingerie.

 

Elle avait une personnalité froide, mais elle était encore une fille.

 

Et une beauté à cela.

 

Son corps était mince, mais avait l’air bien entraîné et était aussi maigre qu’un fouet. Sa ligne de corps élégante était très féminine, et ces deux caractéristiques étaient parfaitement compatibles. Comment devrais-je mettre ça … elle était belle et pleine de charme.

 

Après avoir enlevé cette cape brute, sa puissance d’attaque doubla.

« … Hey. »

 

« Oui ! Y a-t-il quelque chose !? »

 

「Tu n’as pas besoin d’être si bruyant … Donne-moi cette chose sur ta poitrine. 」

 

Ai Fa accrocha sa cape sur le mur, appuya son sabre contre le mur sous la cape, puis me lança un regard noir.

「Un homme faible comme toi ne peut pas me faire du mal même si tu as une lame. Mais en tant qu’invité dans la maison de quelqu’un, tu dois donner ta lame au propriétaire. C’est la règle du peuple du Bord de la forêt. 」

 

J’étais abasourdi.

 

Ai Fa plissa les yeux et marcha vers moi avec une aura dangereuse à son sujet.

 

Ce couteau était toujours sur sa taille mince.

 

「Je le répète, si tu es sincère à suivre les règles du Bord de la forêt, alors donne-moi ce couteau. 」

 

「Attendez, ce que vous voulez dire est … Cette coutume est pour confirmer la confiance entre les gens? 」

 

Ai Fa tendit la main gauche vers moi en silence.

 

Après avoir réfléchis pendant trois secondes, je pris ma décision.

 

« Je comprends. Mais c’est important pour moi. Et au lieu d’un outil de chasse, il est destiné à un travail plus délicat, s’il vous plaît utilisez-le avec soin, d’accord ? »

 

« … Est-ce que tu te moques de moi ? Tout le monde au Bord de la forêt traite les lames avec soin. »

 

「Non, ce n’est pas ce que je veux dire. Je dis que vous devez faire attention quand vous utilisez ce couteau. Il est difficile de réparer la lame si elle est endommagée. Si vous comprenez, je te le remettrai. 」

 

Je sortis le couteau Santoku qui se trouvait devant mon collier et je le remis à Ai Fa.

 

Ai Fa regarda le manche du couteau noir, et c’est elle qui s’arrêta cette fois.

 

「… Ce couteau est-il un souvenir de tes parents? 」

 

「Oui, vous pouvez le dire. 」

 

Celui qui est mort était en fait moi, mais il était certain que je ne reverrai plus jamais mon père.

 

Ai Fa prit le couteau Santoku, et marcha profondément dans la maison avec lui fermement serré dans ses bras.

 

「.. Tout le au Bord de la Foret chérit sa famille. 」

 

Elle marmonna et ouvrit la porte la plus à droite, et disparut derrière elle.

 

Quand Ai Fa sortit, le couteau Santoku n’était plus dans ses bras, et avait été remplacé par un grand nombre de produits alimentaires.

 

Je marchai vers le poêle avec curiosité.

 

Après m’être rapproché du pot, je réalisai que la taille du pot était incroyable.

 

Le pot avait un fond rond, d’environ 60 cm de diamètre et 30 cm de profondeur. C’était un pot profond, comme une sphère coupée en deux.

 

Le pot était à moitié plein et était sur le point de bouillir.

 

« Quel est le problème ? La préparation prendra du temps, assieds-toi quelque part. »

 

「Je m’intéresse à la culture alimentaire de ce monde. Après tout, c’est le travail de famille. 」

 

Ai Fa était douteuse, mais elle ne dit rien et plaça les ingrédients à mes pieds.

 

「Oh, ça semble plutôt luxueux. 」

 

Il y avait deux légumes inconnus.

 

L’un avait un lustre vert, mais la taille était vraiment proche d’un oignon.

 

Et l’autre ? C’était une boule de la taille d’un poing avec une surface inégale. Si je devais vraiment le décrire, ça ressemblait un peu à une patate. Mais c’était de couleur crème et il n’y avait pas de tiges, donc ce n’était pas un légume sorti du sol.

 

Cependant – Un morceau de viande épais submergeait la présence de ces légumes.

 

La viande provenait probablement de la patte arrière de cette créature appelée la bête Kiba.

 

Elle fut coupée de la zone de l’articulation de la hanche. Ce n’était probablement pas la première coupe, mais il y en avait encore beaucoup à faire, et cette pièce à elle seule pesait au moins cinq kilos.

 

Ai Fa avait déjà coupé la peau, et elle saupoudra quelque chose qui ressemblait à de la sciure noire, qui avait un fort parfum de poivre noir. C’était vraiment une épice servant de conservateur.

 

Sous la viande était une grande feuille qui était aussi grande qu’une feuille de bananier. Seule la viande était placée au-dessus de ces feuilles lisses, les autres légumes étaient placés directement sur le sol.

 

Le dîner de ce soir serait certainement suffisant.

 

「… Comment est-ce luxueux? Tu ne comprends pas du tout la vie quotidienne du Bord de la forêt. 」

 

Ai Fa murmura désintéressement et ramassa cette viande.

 

La tenant par le trotteur, elle abaissa la viande dans le pot fumant.

 

Elle ne va pas se débarrasser de tout ça ? Alors que je la regardais, elle sortit le couteau de sa taille et commença à trancher la viande de la bête Kiba.

 

Elle trancha lentement la surface de la viande, comme le colporteur qui vendait du Shawarma dans les rues.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chawarma

 

Les fines tranches de viande tombaient dans l’eau chaude.

 

Ai Fa semblait donner la priorité à couper la place couverte d’épices. La viande rouge sous l’épice fut progressivement exposée.

 

Peu importe comment je le regardai, ce couteau était un couteau de chasse, mais il était très aiguisé.

 

La lame du couteau avait environ 20 cm de long, 7 à 8 mm d’épaisseur et l’arrière de la lame avait des dents irrégulières. L’apparence de la lame était comme un couteau de survie.

 

Comme le sabre, la poignée du couteau était enveloppée dans du cuir qui empêchait le glissement, mais n’avait pas de gardes.

 

Elle tranchait des morceaux de viande avec ce couteau de chasse, quelle méthode de cuisson.

J’étais l’héritier d’un restaurant économique après tout. Je ne m’intéressais pas aux plats de grande classe, et cela ne me dérangerait pas de savoir quelle méthode ils avaient l’habitude de cuisiner, tant que c’était hygiénique.

 

La chose la plus importante à propos de la nourriture était sa saveur.

 

Afin de laisser les clients profiter de la nourriture, nous serions conscients de sa présentation. Parce que peu importe à quel point les plats étaient délicieux, ils n’avaient aucun sens s’ils étaient nocifs pour le corps. C’est pourquoi nous insistions sur l’hygiène lors de la cuisson.

 

Pour exprimer mes pensées en termes simples – Le simple fait de regarder le mouvement pratiqué par Ai Fa pendant qu’elle tranchait la viande me rendait plus affamée.

 

「… Pourquoi as-tu l’air si heureux? 」

 

「Eh? Je pense juste que ça a l’air délicieux. 」

 

「… Il n’y a aucune distinction de la nourriture étant délicieuse ou pas. 」

 

Aï Fa dit encore quelque chose de grossier et couvrit le pot avec un couvercle. Je l’avais appelé un couvercle, mais c’était juste un morceau de carton rectangulaire. Elle mit une pierre sur le dessus du couvercle.

 

Sur la pièce de viande de la bête Kiba, il restait encore beaucoup de viande, alors Ai Fa la remit dans la réserve d’alimentation. Après avoir vérifié le feu, elle hocha la tête avec un « Hmm ».

 

Elle se tourna alors vers moi.

 

「La viande sera cuite dans un moment … Avant cela, laisse-moi te poser des questions. 」

 

 

Partie 5

 

「C’est vrai, écouter mon histoire après le repas pourrait ne pas être bon pour la digestion. Mettons d’abord les problèmes à l’ordre du jour. 」

 

Quand elle entendit ma réponse, Ai Fa s’assit à côté du poêle avec un ‘hmmp’.

 

Elle s’assit, les jambes croisées, avec un genou appuyé.

 

La posture assise d’Ai Fa semblait être autoritaire, mais les filles qui étaient si peu habillées n’étaient pas faite pour une telle posture.

 

「… Je vais me mettre à l’aise un peu aussi, d’accord? 」

 

Après avoir annoncé cela, je déboutonnai mon tablier.

 

La température ici était similaire au début de l’été au Japon. Ajoutant le feu, il faisait plutôt chaud.

 

Mais après avoir enlevé la moitié supérieure de mon uniforme de chef et tablier, je n’avais qu’un T-shirt sur moi. Avec la brise de la nuit soufflant à travers les fenêtres, je me sentais vraiment à l’aise.

 

「… Ta tenue est vraiment bizarre. Je n’avais jamais vu de tels vêtements même dans la ville de Post Station. 」

 

「Hmm, eh bien, c’est pareil pour moi. Je n’ai jamais vu quelqu’un habillé comme toi avant. 」

 

Je fis face à Ai Fa et je m’assis en tailleur comme elle sur la fourrure rugueuse.

 

« Bien ? Que veux-tu me demander ? Pour être honnête, je ne comprends pas non plus ma situation, donc je ne suis pas sûr que je puisse expliquer les choses clairement. »

 

« … D’où viens-tu ? »

 

C’était la deuxième fois qu’elle me le demandait.

 

Je viens d’un pays nommé Japon, de la préfecture de Chiba au Japon … Même si je l’explique de cette façon, je ne serais pas capable de continuer.

 

Les yeux d’Ai Fa avaient une lueur comme un chat dans l’obscurité. Je la regardai et dit :

 

「Ai Fa, non seulement tu m’as sauvé, tu m’as même amené chez toi en tant qu’invité. Merci de m’avoir ramené à la maison, je suis très reconnaissant pour tes actions de compassion. Ce que je vais dire ne contient pas un lambeau de mensonge. 」

 

Ai Fa pencha la tête, comme si elle demandait 「Et alors ? 」

 

「Donc, je vais te dire toute la vérité. Je te laisserai décider si tu me crois ou non. 」

 

J’étais confus moi-même, mais je lui dit tout.

 

J’avais vécu dix-sept ans dans un pays relativement paisible.

 

Un jour, une catastrophe s’était produite, et j’avais dû sauter dans une mer de feu.

Je pensais que j’étais mort, mais je m’étais soudainement réveillé indemne dans cette forêt tout à l’heure.

 

Cela pourrait ressembler à mon monde, mais tout était fondamentalement différent.

 

「… considérant la possibilité, peut-être que je suis toujours dans mon propre monde, mais j’ai fini dans un endroit complètement inconnu. Je devrais être mort, donc être encore en vie devrait être la plus grande question. Non, même si je l’ignore, il y a trop de contradictions. 」

 

J’essayai de lui poser les questions qui me troublaient la tête.

「Par exemple, la langue que j’utilise maintenant. Ai Fa, as-tu déjà entendu parler d’un pays nommé le Japon ? 」

 

« … Jamais entendu parler. »

 

「Hum, juste ce point m’embrouilla. Si tu n’as jamais entendu parler du Japon, alors comment t’est-il possible de parler couramment le japonais. Alors, comment communiquons-nous si facilement ? 」

 

「……」

 

「Mis à part les gens du Bord de la forêt, il y a Rock City et le Royaume de l’est, n’est-ce pas? Quelle est la taille de ces nations ? 」

 

「… Je n’ai jamais visité Rock City ou d’autres villes, donc je ne sais pas. J’ai seulement visité la ville de Post Station à l’extérieur de Rock City afin de vendre les cornes et la défense de la bête Kiba, j’apprends tout ce que je sais par ouï-dire. 」

 

A ce moment, Ai Fa gémit un peu et dit calmement :

 

「Je me souviens … il y a plusieurs milliers de personnes qui vivent dans la ville du château à l’intérieur des murs de pierre, c’est le territoire de Selva du Royaume de l’Ouest. J’ai entendu dire que les citoyens de Selva vivant dans leurs villes sont aussi nombreux que les étoiles … 」

 

« Je vois. L’échelle est assez grande … Sais-tu quels dieux les gens de Rock City adorent ? »

 

Ai Fa avait l’air surprise lorsqu’elle entendit ma question.

 

« As-tu même besoin de demander ? Les citoyens de Selva adorent le dieu de la Selva occidentale bien sûr. Il y a quatre royaumes principaux dans le continent d’Amusehorn. Semblable aux quatre royaumes, il y a quatre dieux principaux. Sans la protection des quatre dieux majeurs, les habitants d’Amusehorn ne pourront pas survivre. Si les gens perdent leur foi dans les dieux, ils seraient réduits à de simples bêtes … Asuta, me dis-tu que tu ne connais pas un tel bon sens ? »

 

「Malheureusement, je ne savais vraiment pas. Je n’ai jamais entendu parler de ce continent, de ces royaumes ou de ces dieux. 」

 

Je souris d’un air ironique et me grattai la tête enveloppée dans une serviette.

 

「Qu’il s’agisse d’une tribu de 500 chasseurs ou de sangliers cornus, si je n’avais jamais entendu parler de choses aussi insignifiantes, cela serait probablement dû à mon ignorance, et je n’avais jamais trempé dans de tels champs … Mais cette explication ne marcherait pas. C’est regrettable, mais j’ai fait ma conclusion. 」

 

Je n’avais pas placé beaucoup d’espoir dans cette petite possibilité en premier lieu, donc ce n’était pas une énorme déception.

 

Cependant, cela signifie que je ne pouvais plus revoir mon père ou mon ami d’enfance, et la réalité me frappa à nouveau.

 

Je regardai dans les beaux yeux bleus d’Ai Fa et dis :

 

「Je vais te dire la conclusion que j’ai faite … Peut-être que c’est le caprice des dieux ou une autre raison, mais j’ai été jeté dans ce monde. Peut-être que les dieux ont jeté quelques sorts, me permettant de communiquer avec toi si facilement. 」

 

「……」

 

「Je ne sais pas si c’est loin dans le passé ou le futur lointain, ou un monde parallèle qui représente l’une des possibilités de mon monde, ou c’est un monde complètement différent … simplement, ce n’est pas le monde ou j’ai grandi. »

 

「……」

 

「Je suis un humain qui vient d’un autre monde. 」

 

Après avoir dit ce terme peu familier, je haussai les épaules avec dépressivité.

 

「Ou je me frappe la tête et je suis assez retardée pour traiter mon illusion comme une réalité. Je pense que ce sont les deux seules réponses. 」

 

「… Tu admets que tu es fou? 」

 

「Je ne le pense pas. Pour moi, les dix-sept années de ma vie sont tout pour moi. Si ce sont des perturbations mentales, alors mon existence serait un mensonge. 」

 

Je déglutis le soupir que j’allais expirer et je dis avec conviction.

 

Je n’avais pas d’autre choix que d’accepter cela.

 

「Juste pour être sûr, laisse-moi te demander une chose. Mis à part moi, personne d’autre n’a rencontré la même chose, non ? Est-ce que les gens qui sont morts dans mon monde ont tous été transportés ici … ? 」

 

「Une telle chose est impossible. 」

 

« C’est vrai. S’il y a un tel système, ce monde serait inondé par les gens.

 

J’imitai Ai Fa et je soutins un genou, plaçant mon bras sur mon genou soutenant ma joue.

 

「C’est tout ce que je peux te dire. Je te laisserai juger par toi-même. 」

 

« … Je comprends. »

 

Après qu’Ai Fa me regarda une dernière fois, elle se leva lentement.

 

「… Eh bien, il est presque l’heure.

 

「Hmm? 」

 

「La viande est presque prête. 」

 

Ai Fa enleva ensuite la pierre sur le couvercle et enleva le couvercle.

 

Une brume blanche jaillit du pot.

 

「Uwah, ça sent bon. 」

 

Je me levai à la hâte et je regardai dans le pot sur l’épaule d’Ai Fa.

 

La soupe et les morceaux de viande se déplaçaient à l’intérieur du pot.

 

Une grande quantité de vapeur continuait à sortir du pot, et beaucoup de mousse apparut. Il y avait tellement de bulles, comme si une barre de savon avait été jetée dedans.

 

「… Je sais que le dîner est important, mais tu n’as pas d’autres questions? 」

 

Quand elle m’entendit, Ai Fa me regarda de très près.

 

「Tu es sois quelqu’un d’un autre monde, soit un fou qui croit complètement à ton illusion … Je sais ces deux choses. 」

 

「Même si tu dis cela, mais es-tu prête à croire quelque chose d’aussi incroyable? 」

 

At … Au moins, je sais que tu n’as pas l’intention de me tromper. 」

 

Ai Fa détourna son visage et ramassa le légume à ses pieds. C’était cet oignon.

 

Quand elle ouvrit ce légume, les intérieurs verts brillants pouvaient être vus. Le tout sentait comme un oignon.

 

Ai Fa décolla seulement la peau extérieure séchée, le coupa en deux et ensuite le jeta dans le pot.

 

「Tu n’as pas l’air d’un menteur, alors tu es probablement un fou. 」

 

Thomp, thomp.

 

Elle jeta 5 à 6 faux oignons dans le pot.

 

Cette scène était juste comme un 「hot pot de l’enfer」. Je regardai à l’intérieur du pot et marmonna 「Merci」.

 

「Qu’est-ce que tu veux dire, tu es heureux d’être appelé un fou? 」

 

« C’est vrai. Au lieu d’être appelé un menteur, je préfère être appelé un fou. Et cela signifie que tu m’as cru. 」

 

「… Je ne te comprends pas du tout. 」

 

La voix d’Ai Fa avait un soupçon de colère. Elle ramassa la fausse pomme de terre couleur crème cette fois. Elle l’éplucha ensuite et la jeta dans l’eau après avoir fait une entaille à sa surface.

 

Le pot était profond, mais la mousse atteignait presque le bord du pot.

 

Ai Fa ramassa une grosse baguette de bois et remua le pot, puis me lança un regard féroce.

 

「… Alors, que comptes-tu faire à partir de maintenant? 」

 

「Hmm? Faire ? Que veux-tu dire ? »

 

「Je veux dire quels sont tes projets pour l’avenir? Veux-tu chercher un moyen de retourner dans ton ancien monde ? 」

 

「Eh bien, devrais-je vraiment faire ça? Si je retourne dans mon monde, je pourrais retourner dans cet endroit en feu. Se transformer en une boule de feu, le moment où je reviens est aussi bon que le suicide. 」

 

Mais si je pouvais remettre le couteau Santoku à mon père, cela pourrait valoir la peine de sacrifier ma vie. Cependant, si je devenais une boule de feu, le couteau Santoku subirait probablement le même sort.

 

「Je ne peux toujours pas comprendre. Ou plutôt, peu importe combien je m’inquiète à ce sujet, je ne serais pas transporté dans ce monde à l’improviste. Après tout, je ne sais pas comment j’ai déclenché un phénomène aussi intéressant. Mais je ne serai pas déconcerté, quoi qu’il arrive dans le futur. 」

 

« … Je vois. »

 

「Si tu regrettes de ramener un gars gênant à la maison, tu peux me le dire. Je vais partir tout de suite. Heureusement, il fait beau, donc ce ne sera pas trop dur de camper dehors … 」

 

「Si tu passes la nuit à l’extérieur de la maison, tu ne seras pas seulement piétiné par les bêtes Kiba, ton cadavre deviendra aussi de la nourriture pour les bêtes sauvages. Au matin, il ne resterait que tes os. 」

 

Ai Fa dit ça, comme si elle essayait de m’empêcher de continuer.

 

「De plus, Diga Tsun t’as déjà vu avec moi. Si une personne qui ne connaît même pas les quatre dieux majeurs commet de sérieux tabous, j’aurais besoin de prendre la responsabilité. 」

 

「Eh? Mais alors… »」

 

「Reste juste dans mes environs pour l’instant, et ne bouge pas par toi-même. 」

 

Ai Fa dit d’un ton mécontent. Elle remua le pot de métal et ressembla à la sorcière dans les contes de fées.

 

「Au moins, tu devrais te rappeler la logique de ce monde et les règles du Bord de la forêt. Après t’être souvenu de cela, tu pourras mourir là-bas si tu le souhaites. 」

 

「Je comprends … Ai Fa, je suis très reconnaissant. 」

 

« Hey ! Pourquoi me remercie-tu en ce moment ! Es-tu content que je te dise de mourir là-bas ? »

 

« Je suis heureux. Au moins, tu ne me chasse pas en ce moment. 」

 

Je fis de mon mieux pour rendre mon ton moins sérieux.

 

Je fis alors un pas loin de Ai Fa.

 

Si je continuais à la regarder de si près, j’avais peur de ne pas pouvoir me retenir et la serrer dans ses bras.

 

C’était à quel point j’étais inquiet pour mon avenir.

 

Après avoir tout perdu, c’était le désespoir dans lequel j’étais.

 

Mais Ai Fa voulait que je reste ici, et avait même dit que je ne pouvais pas être un menteur.

 

Malgré les épreuves et les tribulations que le sort m’avait jetées, j’étais vraiment reconnaissant que la première personne que je rencontrai dans ce monde était une fille aussi attentionnée qui était aussi un peu bizarre.

 

« … C’est fait. »

 

Aï Fa dit d’un ton mécontent et me tourna le dos.

 

Elle disparut derrière la porte au milieu. Quand elle revint, elle avait deux ensembles de bols et de cuillères, et une louche ovale – les ustensiles pour la « soupe ». Et bien sûr, tous les ustensiles étaient faits de bois.

 

Le pot entier de la soupe était blanc et il y avait de la mousse. Ai Fa utilisa la louche pour prendre la soupe et la versa dans les récipients, et me la passa en silence.

 

« Je te remercie. »

 

J’étais rempli de gratitude, mais mon estomac était vide.

 

Je reçus le récipient avec reconnaissance et m’assis sur le tapis de fourrure.

 

Alors que j’attendais qu’Ai Fa prépare sa propre portion, j’inspectai le contenu du bol de façon intrigante.

 

C’était un bol de soupe blanche épaisse.

 

Cela ressemblait à une soupe de chaudrée de palourdes au beurre, mais elle avait le parfum d’un ragoût de sanglier.

 

Je pouvais apercevoir la viande de couleur café et le légume vert à travers la surface blanche de neige.

 

Le faux oignon s’était séparé en des morceaux de taille adéquate, tandis que la fausse pomme de terre – avait disparu. Elle s’était complètement dissoute en si peu de temps ?

 

En parlant de ça, ce bol de soupe, ou plutôt de bouillon, était de couleur crème, tout comme cette fausse pomme de terre.

 

Ils pouvaient se ressembler, mais ce n’était pas de vrais oignons ou de vraies pommes de terre, quel étaient leur gout ?

 

Même s’il y avait tellement de mousse, Ai Fa ne la retira pas, ce qui m’inquiéta. Mais quand vous êtes à Rome, faites ce que font les romains. Même si la mousse affecte le goût, elle contenait également l’essence de tous les ingrédients. Il n’y avait pas besoin de s’en débarrasser excessivement.

C’était probablement sa propre méthode de cuisson unique. Un homme d’un monde alternatif comme moi n’était pas en mesure d’en dire trop.

 

En pensant à cela, Ai Fa s’assis à côté de moi.

 

「Pourquoi ne manges tu pas? As-tu changé d’avis, et pense que la bête Kiba est désagréable après tout ? 」

 

「Ce n’est pas ça, dans le monde d’où je viens, nous avons la tradition que tout le monde mange en même temps. Cela avait l’air délicieux. 」

 

Aï Fa haussa les épaules avec nonchalance et commença à marmonner, comme si elle chantait un sortilège. Elle commença ensuite à manger.

 

En la voyant manger, je dis aussi「Bon apetit」 et je pris ma cuillère en bois.

 

Je ramassai la soupe blanche avec les morceaux de viande de couleur café.

 

 

C’était mon premier dîner dans cet autre monde.

 


Prologue

Chapitre suivant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s