Chapitre 2 : Homicide

Luo Jian étudia l’arme sans trop de considération parce qu’il avait refusé de l’utiliser. Il avait peur d’une telle arme, alors il posa solennellement l’arme sur le bureau, et peu de temps après, il prit un autre objet dans le tiroir, le poinçon.

 

Un poinçon était normalement utilisé pour réparer les chaussures. Il pouvait percer des trous, c’était un objet très pointu. Luo Jian le tenait dans sa main, puis il le posa sur le bureau. Il plaça tout ce qu’il trouva dans les tiroirs sur le bureau, mais aucun de ces objets ne semblait avoir d’utilité. Peut-être pourrait-il utiliser l’arme pour tirer directement sur la poignée de la porte, mais faire cela était quelque peu dangereux, il n’avait jamais utilisé d’arme à feu auparavant ; d’ailleurs, il avait encore quelques doutes. En particulier, il n’y avait qu’une balle dans le pistolet. Si Luo Jian devait être légèrement négligent, il n’aurait pas de seconde chance.

 

Il devait donc penser à d’autres façons d’ouvrir la porte.

 

‘Peut-être que je devrais voir s’il y a quelque chose dans ce tiroir verrouillé ?’ Luo Jian se pencha sur le dernier tiroir des quatre tiroirs.

 

Avant, il avait essayé de l’ouvrir, mais c’était verrouillé. Cependant, cette serrure semblait beaucoup plus facile à ouvrir par rapport à la porte.

 

Mais la réalité prouva que Luo Jian n’était pas un génie de la serrure. Il utilisa un poinçon, un fil, des ciseaux, il utilisa tout ce qu’il pouvait trouver, mais il ne put toujours pas ouvrir la serrure ! Luo Jian était furieux, il arrêta simplement de bricoler avec le tiroir fermé à clef, et au lieu de cela, il alla directement ouvrir la porte verrouillée. Mais faire ça n’alla pas mieux.

 

Mais Luo Jian avait également découvert que le trou de la serrure à cette porte n’était pas tout à fait semblable à ceux ordinaires. Le trou de la serrure était plutôt grand, c’était un trou rond et foncé, signifiant que la clé correspondante capable d’ouvrir cette porte devrait également être tout aussi grande.

 

Luo Jian s’agenouilla à moitié sur le sol et regarda à l’intérieur de la grande serrure. Comme prévu, il ne put rien voir, mais le trou noir donnait à Luo Jian la chair de poule. Il se leva et recula d’un pas, examinant attentivement la porte une fois de plus. La porte peinte cramoisie avait l’air plutôt étrange dans cette pièce exiguë. La poignée de la porte en fer était rouillée et ternie, comme si quelqu’un utilisait cette porte depuis longtemps.

 

La première impression de Luo Jian à propos de cette porte était qu’elle était vieille, mais la porte en bois n’avait aucune marque, elle était lisse et impeccable. Alors, il y réfléchit un moment. Il prit le poinçon dans ses mains et essaya de gratter quelques marques sur la porte. Mais quelque chose d’inattendu arriva à Luo Jian ; Même si le poinçon acéré dans sa main grattait la porte, il ne fut pas capable de laisser une seule marque sur la porte, pas même une petite égratignure.

 

Quel genre de magie étrange avait été mise sur cette foutue porte ? Y avait-il des matériaux spéciaux dont Luo Jian n’avait pas entendu parler ?

 

Luo Jian se mordit la lèvre et jeta le poinçon dans un coin. Cet outil ne pouvait rien faire, alors il recula et donna agressivement des coups de pied à la porte en face ! Il ne s’arrêta pas un instant, mais continua à alterner ses jambes et continuait à attaquer la porte, générant constamment un bruit fort à cause de l’impact.

 

Cependant, la porte resta intacte, Luo Jian sentit que ses pieds étaient engourdis.

 

« Merde ! « Luo Jian ne put finalement pas résister à la profanation. ‘Qu’est-ce que c’est que cette putain de chose si dur ?’ Il l’avait frappé à plusieurs reprises pendant si longtemps, mais elle n’avait même pas de fissures ; était-elle même fait de bois ?!

 

Luo Jian devint soudainement excité ! Non ! Il était plutôt soudainement devenu terrifié ! La pièce étroite et fermée à clé était si silencieuse qu’il pouvait clairement entendre le son de son propre rythme cardiaque. La peur dans son cœur était comme un serpent qui s’était finalement réveillé après avoir dormi si longtemps, son corps froid et sans os glissant lentement sur le sommet du cœur de Luo Jian, stimulant le tremblement de ses dents.

 

Ce soudain sentiment de terreur fit peur à Luo Jian, mais cela le rendit aussi audacieux. Il prit directement le pistolet sur le bureau et, copiant ce qu’il avait appris de la police en train de brandir des armes à la télévision, il pointa le pistolet vers la porte en bois cramoisie. Mais peu de temps après, Luo Jian abandonna cette action stupide et dangereuse.

 

Il n’y avait qu’une raison pour son abandon. Si la porte était si solide que les balles ne pouvaient même pas la pénétrer, il y a de fortes chances que la balle ricoche dans cette petite pièce, et la balle allait probablement rebondir et créer un grand trou dans la pièce ou le corps de Luo Jian, qui le ferait mourir pour une raison ridicule, et Luo Jian ne voulait pas que ce genre de chose arrive.

 

Luo Jian agrippa son arme et s’assit par terre. Il fit une pause pendant un moment, puis tout à coup, il regarda inconsciemment le réveil sur le bureau, les aiguilles des heures et des minutes montraient visiblement 12h22.

 

La note avec le motif de fleurs violettes lui avait donné explicitement une limite de temps d’une heure, et jusqu’ici, Luo Jian ne savait pas si quelqu’un lui faisait juste une blague. Mais si c’était vraiment une blague, ça allait trop loin. Luo Jian pesa le pistolet dans sa main, c’était vraiment authentique.

 

Bien que Luo Jian n’ait jamais utilisé d’armes à feu, un passionné de munitions que Luo Jian connaissait l’avait initié à de nombreuses pièces de collection. Ils étaient tous des modèles ou des fusils de simulation, d’ailleurs, Luo Jian n’avait pas écouté attentivement le fan de munitions ; néanmoins, il avait quand même appris à distinguer entre un vrai et un faux. Il y avait des différences distinctes entre le chargement et le déchargement des chargeurs, la qualité, la forme et le poids.

 

Luo Jian fut troublé pendant un moment. Il posa le pistolet sur le bureau, puis s’accroupit pour chercher la note avec le motif de fleurs violettes, la note qu’il avait jeté sur le sol après avoir lu. Très bientôt, il la trouva près du pied du lit ; il la ramassa et relit les mots cursifs magnifiquement écrits, il n’y avait pas de particularités. Il examina attentivement la fleur pourpre marquée en bas à droite de la note. Le motif de fleurs ressemblait à une fleur d’équinoxe, à savoir le Manjusaka, la légendaire Fleur de l’Enfer.

 

La couleur rouge vive était le symbole du lys rouge, indiquant une séparation inquiétante du sang et de la mort. Mais sur cette note, la fleur rouge de l’enfer était devenue pourpre.

 

La Lys de l’équinoxe.

 

Elle fleurit pendant mille ans, elle se gâte pendant mille ans, les fleurs et les feuilles ne se rencontreront jamais pour l’éternité.

 

Les sentiments n’étaient pas préordonnés, mais son sort était toujours destiné à la vie ou à la mort.

 

Le sens de cette fleur laissa les cheveux de Luo Jian debout sur sa fin. Il retourna le billet pour voir l’arrière afin de vérifier s’il y avait quelque chose écrit derrière. Parce que cette pièce fermée était si déprimante, il avait même oublié le détail le plus important.

 

Effectivement, il y avait quelque chose d’écrit au dos de la note :

 

【En 1989, un homicide s’est produit dans une chambre cachée. Le meurtrier a tué un homme dans le petit appartement qu’il avait loué. Des traces de sang étaient restées et la fenêtre et les portes avaient été verrouillées. Mais le cadavre, l’arme et le tueur lui-même manquaient. 】

 

C’était court et simple, mais Luo Jian savait qu’il s’agissait de soi-disant indices. Il leva les yeux et observa soigneusement la pièce étroite dans laquelle il se trouvait. Cette pièce avait manifestement deux ans. De nombreux endroits sur les murs blancs étaient décolorés, de grandes zones se fissuraient, exposant la brique rouge en dessous, la fenêtre était vieille et peinte en jaune, le verre était fissuré, le coin et les bords manquaient de quelques morceaux, et la plaque métallique dehors, avait l’air flambant neuf, scellant hermétiquement la fenêtre.

 

Les rideaux noirs pendaient à quelque chose et semblaient tomber à n’importe quel moment. Luo Jian tira à plusieurs reprises sur les rideaux, puis éternua, la poussière était partout. Il s’accroupit et jeta un coup d’œil sous le lit, il était aussi couvert de couches de poussière. Le lit sur lequel il était allongé était propre, les draps semblaient être changés ; c’était d’un blanc pur. C’était comme l’un de ces lits monotones dans les salles d’hôpital.

 

Luo Jian vérifia les couettes de lit et les oreillers pour n’importe quoi, mais il ne trouva rien.

 

Le sentiment de n’avoir rien gagné n’était pas agréable. Il se concentra à nouveau sur les choses qu’il avait déjà traversées. Il examina attentivement le bureau ; Contrairement à la porte, il pouvait facilement endommager le bureau avec divers outils. Luo Jian jeta un coup d’œil au tiroir fermé à clé. Puisqu’il ne pouvait pas ouvrir cette porte misérable avec violence, alors il était quand même possible d’ouvrir le tiroir avec violence, non ?

 

Après cela, Luo Jian prit les ciseaux et le poinçon, et il avait même pris un stylo à bille, il était désespéré de détruire la serrure du tiroir. Cette serrure et la serrure de la porte n’étaient pas tout à fait les mêmes, puisque celle-ci semblait plus fragile. Luo Jian avait presque tiré la serrure du tiroir. À un moment donné, il se servit des ciseaux et du poinçon, et à un autre moment, il se servit de ses pieds pour donner des coups de pied. Il avait complètement renversé le bureau, quand finalement, il arriva à ouvrir la putain de serrure du tiroir !

 

Cependant, le contenu à l’intérieur du tiroir fut une surprise pour Luo Jian.

 

« Un marteau ? » Luo Jian prit le gros marteau du tiroir. Le marteau avait l’air très résistant. Il le pesa c’est sa main, c’était assez lourd, il pourrait probablement casser cette foutue porte.

 

En réfléchissant à ce sujet, Luo Jian prit le marteau, prit rapidement une décision, et donna un coup de marteau sur la porte ! Mais le résultat fut encore surprenant ! La force du marteau brisa presque la main de Luo Jian, mais la porte ne bougeait toujours pas ; elle existait tranquillement là, séparant Luo Jian du monde extérieur.

 

Les coins de la bouche de Luo Jian se crispèrent alors qu’il regardait la porte qui était saine et sauve ; peut-être qu’il devrait taper encore quelques fois.

 

Pourtant, après avoir frappé à plusieurs reprises plus d’une douzaine de fois, Luo Jian voulait juste se défouler ! Même les portes renforcées avec des plaques de métal laisseront probablement des traces, n’est-ce pas ?!

 

Puis, Luo Jian jeta un coup d’œil à la fenêtre en lambeaux. Bien que la note indiquât qu’il ne devrait pas essayer de sortir par la fenêtre, il ne put s’empêcher de penser à cette idée. Pourquoi ne pas essayer ? Peut-être que le message sur la note était complètement trompeur, en faisant délibérément des gens éviter la fenêtre ?

 

Luo Jian s’approcha et ouvrit la fenêtre. Il toucha la feuille de fer qui scellait la fenêtre de l’extérieur, il n’y avait pas de poussière dessus.

 

Pour être sûr, Luo Jian gratta la plaque de fer avec le poinçon, mais le résultat qu’il obtint était celui qu’il détestait le plus. La plaque de fer n’avait aucune trace de marque, comme cette putain de porte. C’était comme si elle informait Luo Jian de certains faits – que toute forme de violence contre eux était inefficace.

 

Luo Jian sentit la chair de poule partout sur son corps ; la lumière sombre et sombre de la pièce semblait indiquer comment il se sentait. Tout à coup, il y eut une lumière brillante ; elle fit briller la pièce étroite, sombre et brillante, et le dos de Luo Jian se raidit de sueur froide.

 

« Calme-toi ! J’ai besoin de me calmer ! Quels autres indices y a-t-il ? Peut-être qu’il y a une clé cachée quelque part dans cette pièce ? Si la porte ne peut pas être détruite, alors la seule façon de l’ouvrir doit être avec une clé. Oui ! C’est juste comme un jeu de stratégie, il n’y a qu’un seul bon chemin, je dois juste trouver les indices ! »

 

Le visage de Luo Jian était pâle, il mordit sa lèvre. Il commença à penser à haute voix :

 

« J’ai cherché dans tous les coins de cette pièce, mais je n’ai pas vu de clé. Où pourrait être la clé ? Où sont les clés généralement cachées ? Dans la poche du propriétaire ? Oui, c’est un bon début. Alors, qui est le propriétaire de cette pièce ? »

 

Luo Jian baissa les yeux sur la note, sa ligne de vue était fixée sur la dernière ligne : Le cadavre, l’arme, et le tueur lui-même avaient disparu.

 

« La chambre du meurtrier, la clé est naturellement entre les mains du meurtrier. » Luo Jian rit hystériquement. Il savait que son état mental n’était pas normal, mais dans ce foutu environnement étroit et confiné, être normal n’était pas plus facile que d’aller n’importe où !

 

« Tant que je percerai le mystère de cette pièce secrète, je pourrai naturellement trouver la clé pour partir. » Luo Jian jeta un coup d’œil à la note, un sourire glaçant flotta sur ses lèvres, « Vous vouliez me transmettre quelque chose, est-ce le cas ? »

 

La chose la plus bizarre arriva !

 

Au moment où Luo Jian finit sa phrase, une phrase émergea lentement sur un espace vide sur la note :

 

【En effet, c’est le cas. Eh bien, je vous souhaite encore bonne chance. 】

 

Comme s’il fut simplement électrocuté, Luo Jian jeta le morceau de papier de sa main ; son visage était blanc comme un fantôme, et il n’osait même pas respirer de l’air.

 

Juste là, il n’y avait pas d’erreur !

 

Cette phrase était définitivement apparue de nulle part ! Comme un merveilleux miracle créé à partir de la main d’un magicien ! Transformer quelque chose d’absolument inimaginable en réalité, mais tout le monde riait encore parce qu’ils savaient que la magie n’était qu’une distraction, c’était simplement un tour imprévisible qui profitait de vos angles morts.

 

Mais dans cette chambre étroite ! Fermée à clef ! Induisant de la panique !

 

Qui ferait un tour de magie pour Luo Jian ?

 

Les dents de Luo Jian tremblaient, il n’osait pas regarder la note, mais il ne put s’empêcher de regarder le réveil sur le bureau. Il était maintenant 12h40.

 

Il n’y avait pas de temps !

 

S’il ne trouvait pas de solution, Luo Jian risquait fort d’être coincé ici pour toujours !

 

Luo Jian était anxieux. Il reprit le marteau et se força à se calmer en pensant au meurtrier dans cette pièce. Les indices laissaient entendre que le meurtrier avait tué un homme ici. Luo Jian regarda autour pendant un moment, mais il ne trouva pas de sang. Si cette pièce était vraiment la scène d’un homicide, alors très probablement, cette pièce n’était pas encore une chambre cachée. Ainsi, lorsque le meurtrier avait tué sa victime, il avait dû ouvrir les portes pour obtenir de l’eau, une serpillière et tout autre équipement de nettoyage, afin de nettoyer toute trace de sang indiquant un meurtre.

 

Puis, une fois qu’il avait jeté son équipement de nettoyage, la pièce devint une chambre cachée. Le meurtrier et la victime étaient toujours là, mais ils avaient juste disparu dans les airs.

 

« Non, ils n’ont pas disparu. Ils sont toujours là.  »

 

Luo Jian marmonna soudainement. Il se souvint de ce qu’il avait vu dans le cahier du meurtrier, la première ligne de la première page :

 

【Mon côté gauche est un reflet tordu des morts. 】

 


Chapitre précédent

Chapitre suivant

Publicités

Une réflexion sur “Chapitre 2 : Homicide

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s